Quelle évolution des sites humides emblématiques entre 2010 et 2020

À L’interface des milieux terrestres et aquatiques, les milieux humides fournissent de multiples services (rétention des crues, épuration de l’eau, réservoir de biodiversité, stockage du carbone, activités récréatives, etc.). L’altération de leur état met en péril ces fonctions et la pérennité même de ce patrimoine naturel, comme le souligne le dernier rapport mondial de la Convention de Ramsar sur les zones humides. À l’échelle mondiale, ces milieux ont perdu 64 % de leur surface depuis 1900. La dernière évaluation nationale des sites humides emblématiques, couvrant la période 2010-2020, révèle que la France ne fait pas exception à ce constat. Ainsi, 41 % des sites évalués en métropole et dans les Outre-mer ont vu leur état se dégrader. L’intensification des pressions directes et indirectes, à l’intérieur et en périphérie de ces sites, les fragilise.

L’intensifcation des pressions directes et indirectes, à l’intérieur et en périphérie de ces sites, les fragilise. De fortes disparités existent entre les territoires, amplifiées par une dégradation qui se poursuit. La sauvegarde de ces milieux passe notamment par la mise en œuvre de mesures de préservation et de restauration et par une prise de conscience collective des enjeux et menaces qui pèsent sur eux.

Méthode

Dans le cadre des plans nationaux d’action en faveur des milieux humides, le service statistique du ministère chargé de l’Environnement évalue tous les dix ans, depuis 1990, un panel de sites humides emblématiques métropolitains et ultramarins. Ces sites ont été sélectionnés pour leur richesse faunistique, floristique, culturelle et patrimoniale. Certains peuvent faire l’objet d’un statut de protection ou de gestion spécifiques (parc national, réserve naturelle, Natura 2000, labellisation Ramsar, etc.). L’évaluation 2010-2020 copilotée par le Service des données et études statistiques et l’Office français de la biodiversité a porté sur 189 sites (161 en métropole et 28 en outre-mer) appartenant à six grands types, représentatifs de la diversité des écosystèmes humides français et de leur degré de résilience face aux diverses menaces : vallées alluviales, littoral atlantique, Manche et mer du Nord, littoral méditerranéen, outre-mer, plaines intérieures et massif à tourbières.

L’exploitation des 422 questionnaires retournés par les référents a permis de couvrir 85% des 223 sites initialement prévus. Au travers de dix thématiques (activités humaines et leurs pressions, étendue et état des milieux humides présents sur le site, état des espèces communes et à forts enjeux, problématiques liées à l’hydrologie et l’hydraulique, problématiques liées à la faune et la flore envahissantes et indigènes à fort développement, effets du changement climatique, services rendus à la société), cette évaluation caractérise les pressions exercées sur ces espaces menacés de disparition, dresse un panorama de l’état et de l’évolution des sites humides emblématiques et met en lumière les défis à relever pour les sauvegarder.

Les évolutions générales

La dynamique générale d’un site humide peut être caractérisée par une double évolution : celle de l’état écologique et fonctionnel et celle de la surface de ses milieux humides (voir défnitions) ou artifciels.

Entre 2010 et 2020, l’état écologique des milieux est resté stable pour 52 % des sites, s’est dégradé pour 29 %, s’est amélioré pour 10 % et demeure inconnu pour 9 % des sites.

Cette dynamique est similaire concernant la surface de ces milieux : depuis 2010, elle a eu tendance à se stabiliser dans 64 % des sites, à régresser dans 20 % et à s’étendre dans 7 % (l’étendue de 9 % des sites ne peut être évaluée).

Une dégradation liée à une intensification des pressions qui s'exercent sur le site ou son environnement immédiat

En moyenne, 11 causes principales de dégradation de l’état sont recensées en milieux doux, alors qu’on en dénombre 8 en milieux salés. Les eaux stagnantes (lacs, étangs, mares) et courantes douces, ainsi que les milieux palustres (marais) d’eau douce, concentrent le plus de pressions (entre 18 et 22). L’abandon d’un site humide (arrêt du pâturage par exemple), l’entretien inadapté,l’assèchement ou le drainage excessif représentent les causes majeures de déclin. En milieux salés, les slikkes, la végétation halophile inondable et les eaux stagnantes regroupent le plus de menaces (entre 11 et 12). L’atterrissement (accumulation de terre par la mer ou les cours d’eau) et l’envasement, ainsi qu’une fertilisation et un usage en produits phytosanitaires excessifs sont les principaux dangers qui semblent accentuer leur dégradation.

Un avenir contrasté

Devant la multiplicité des pressions recensées et la situation très contrastée entre territoires, il ressort de cette évaluation que 25 % des sites ont un avenir favorable, 12 % un avenir stable, 9 % un avenir défavorable et 51 % un avenir incertain, à l’horizon 2030.

En savoir plus

- Actualité du site web du SDES

- Application de visualisation des données

- Data-lab Quelle évolution des sites humides emblématiques entre 2010 et 2020 ? - Décembre 2020

- Infographie - Chiffres clefs 2010-2020

- Article d'Actu environnement

Page mise à jour le 09/12/2020
Haut
Erreur | Zones Humides

Erreur

Le site Web a rencontré une erreur inattendue. Veuillez essayer de nouveau plus tard.