Premiers essais de lutte allélopathique sur la jacinthe d’eau en Guadeloupe

La gestion des espècse exotiques envahissantes en milieux aquatiques a donné lieu au développement de différentes techniques de lutte contre leur prolifération, bien souvent mécaniques. Les scientifiques du Muséum naturelle d'histoire de l'Herminier ont étudié une approche complémentaire pour contenir la jacinthe d'eau en milieu tropical. Cette approche repose sur les principes de l'allélopathie, soit les interactions chimiques entre différents organismes vivants.

La jacinthe d’eau (Eichhornia crassipes) figure parmi les 100 espèces les plus invasives au monde (UICN). C’est aussi une des principales espèces exotiques envahissantes (EEE) des écosystèmes lentiques et lotiques de Guadeloupe. Cette plante aquatique a déjà fait l’objet de plusieurs chantiers d’éradication ou d’endiguement, essentiellement à partir de techniques de lutte mécanique. Mais afin de proposer une alternative complémentaire à cette approche, une équipe du Muséum d’histoire naturelle de L’Herminier – dont fait partie Franck A. Maddi – en partenariat avec la DEAL Guadeloupe et l’Université des Antilles (Campus de Fouillole, Guadeloupe), a engagé une étude sur l’allélopathie appliquée à la jacinthe d’eau.

On appelle par « alléopathie » le phénomène qui correspond en fait à l’action d’une plante ou d’un organisme sur un(e) autre par l’intermédiaire de composés chimiques. Par exemple, certains végétaux tels que le sorgho ou le seigle inhibent la croissance de plantes adventices en sécrétant des substances toxiques ou nocives. Il s’agit d’effets alléopathiques.

C’est justement ce phénomène auquel souhaitent avoir recourt Franck A. Maddi et ses associés pour lutter contre la prolifération de la jacinthe d’eau, aux multiples conséquences néfastes sur l’équilibre des écosystèmes aquatiques tropicaux. L’idée serait donc d’utiliser d’autres végétaux pour limiter « naturellement » le développement de l’hydrophyte envahissante.

Dans une série d’essais en mésocosme et au champ, ils ont donc testé l’effet allélopathique de quatre espèces communes à la Guadeloupe, le lantanier commun (Lantana camara), le petit baume (Lantana involucrata), le tamarin bâtard (Leucaena leucocephala), et le gros thym (Plectranthus amboinicus).

Les premiers résultats obtenus permettent d’envisager comme possible le développement d’un dispositif de lutte allélopathique contre la jacinthe d’eau et probablement d’autres espèces envahissantes des zones humides des Antilles.

Page mise à jour le 16/11/2018
Haut
Erreur | Zones Humides

Erreur

Le site Web a rencontré une erreur inattendue. Veuillez essayer de nouveau plus tard.